top of page

Chronique sur l'innovation sociale #1

Une Entreprise d’Insertion opère dans le secteur marchand avec une finalité sociale


L’entreprise d’insertion (EI) suit les règles du marché, applique la CCN de sa branche, recrute des personnes éloignées de l’emploi, diplômées ou non, confrontées aux vicissitudes de la vie. Créée sous la forme d’une SA, SARL, SCOP, SCIC, ou même association loi 1901, l’EI développe sa rentabilité dans le secteur marchand et, chemin faisant, professionnalise ses salariés recrutés en CDDI (Contrat à Durée Déterminé d’Insertion). C’est un sas de professionnalisation de 4 à 24 mois maximum, une aventure commune entre le dirigeant, peut-être un DRH, un conseiller en insertion professionnelle externalisé, et les salariés, dans un dialogue social réinventé. Une temporalité dans laquelle le travail permet de faire émerger un projet social réenchanté grâce à un projet économique durable dans tous les sens du terme. L’Etat agrée ces EI sur dossier en CDIAE, le Conseil Départemental de l’Insertion par l’Activité Economique et signe une convention avec l’EI pour un nombre de postes en CDDI fixé, pour lesquels une aide est versée mensuellement, au prorata du nombre d’heures réalisées et pour un montant total annuel de 11 609 euros par poste.


Créer une EI ou acheter responsable, c’est possible à La Réunion ! C’est surtout une solution aux besoins de main-d’œuvre dans des filières émergentes, notamment celles liées à la transition écologique et en voie de structuration. Recyclage, industries, agro-alimentaire, BTP, espaces verts, numérique, autant d’exemples qui seront présentés dans les prochains articles de cette chronique répondant dans le même temps aux enjeux d’ancrage territorial et de réduction de notre impact sur l’environnement. Informations : Service IAE : 974.iae@deets.gouv.fr https://reunion.deets.gouv.fr


0 commentaire

Comments


bottom of page